samedi 29 janvier 2011

La femme vénale



Voici une publicité provenant de la marque Natan, un joaillier, crée en 2002. Elle est composée de deux partie : la première montre les jambes croisées d’une femme devant la main d’un homme qui tient une boîte fermée qui contient sûrement une bague. Dans la deuxième partie, nous pouvons voir la femme qui a décroisée ses jambes qui sont maintenant écartées et l’homme qui a ouvert la boîte contenant la bague. Il y a aussi une sorte de slogan : « the first remote control ever invented » (la première télécommande jamais inventée). Cette publicité peut être interprétée sous deux angles : premièrement la femme vénale et prête à « coucher » pour un bijoux ou deuxièmement la femme doit « coucher » à partir du moment où l’homme veut s’engager avec elle. Dans tous les cas, cette publicité montre une mauvaise image de la femme. Peut-être que cela représente une partie des femmes mais pour la majorité, c’est vraiment insultant. Sans oublier le slogan qui donne l’impression qu’il est facile de contrôler une femme : on donne une bague, elle ouvre ses jambes comme si c’était la chose la plus simple et normale qu’il soit.

C’est vraiment malheureux de voir que cette femme est perçue comme une dame qui veut juste des bijoux, de l’argent, et qu’elle est prête a faire n’importe quoi pour l’avoir, même si elle doit être regardée comme une prostitué qui vend son corps pour de l’argent.

Selon nous, cette publicité est très dégradante parce que beaucoup de gens s’imaginent que les femmes sont avares mais c’est la cas seulement pour une minime partie d’entre elles. Il y a aussi des hommes qui sont ainsi et nous n’en faisons pas de la publicité dégradante pour autant.

Pour conclure, cette publicité met en avant la femme vénale qui ne représente pas justement les femmes. Par ailleurs, une grosse partie des hommes interrogés trouvent cette publicité amusante. Alors que les femmes la trouvent dégradante. Finalement, 27% des filles et 53% des garçons trouvent cette publicité réaliste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire